Origine et unité des peuples du Mbam

Share

Communication de Monsieur Ambroise MELINGUI, Enseignant à l’Université Yaoundé I
à la table ronde intitulée « origines et unité culturelle des peuples du Mbam », organisée dans le cadre Festival des Arts et de la Culture, Mbam’Art 2000.
Bafia, 11 mars 2000

La perception sous l’angle géographique du sujet de cette table ronde qui s’intitule origine et unité culturelle des peuples du Mbam nous a amené à nous intéresser à l’espace terrestre de la région du Mbam ; aux hommes qui y vivent, à leurs activités et aux réseaux d’interrelations qui les lient.

Notre propos va s’articuler sur trois points :

  1. La région du Mbam, fruit de la nature et de la volonté des hommes ;
  2. près de neuf décennies de construction d’un espace régional ;
  3. La permanence de la construction régionale

Nous avons opté pour l’utilisation alternative des expressions région du Mbam et région Mbam-Sanaga- L’expression région Mbam-Sanaga étant à notre sens plus indiquée pour désigner la région géographique objet de cette table ronde.

I/ LA REGION DU MBAM, FRUIT DE LA NATURE ET DE LA VOLONTE DES HOMMES

I-1/   UNE HOMOGENEITE RELATIVE DE L’ESPACE TERRESTRE

La région du Mbam est le fruit de la nature. Des éléments de son espace terrestre : relief, climat, hydrographie, végétation lui confèrent une relative homogénéité. Notre région s’inscrit dans le plateau sud Camerounais. Le climat subéquatorial règne partout. L’hydrographie est dominée par la présence de la Sanaga et du Mbam. Ces deux cours d’eau arrosent la région et lui servent de déversoir et de limite naturelle. La région est une zone de combat forêt savane. La forêt dispute partout la place à la savane même si elle n’occupe que 20% de l’espace régional.

L’espace géographique, nous venons de le voir, est relativement homogène et joue par certains de ses éléments un rôle structurant. La relative homogénéité de l’espace terrestre ne saurait à elle toute seule assurer la construction et la pérennité de notre contrée. Nous ne devons pas oublier que les conditions de notre espace terrestre sont aussi partagées par les populations des contrées voisines. En somme notre construction régionale est davantage affaire de contenu donc des hommes que de contenants.

I-2/   LA REGION DU MBAM, UNE REPRESENTATION DES HOMMES

La région du Mbam, espace terrestre est aussi un espace géographique découlant de la représentation et de l’image que les populations stabilisées par la paix coloniale se sont faites d’elles-mêmes. Cette image ou ce schéma a été repris par l’administration du protectorat, du mandat, de la tutelle et du Cameroun.

Ces administrations successives l’ont traduite en actes réglementaires dont nous allons donner l’essentiel.

1911 : création du poste administratif de Bafia par le Major allemand PUDER.

Après première guerre mondiale : transformation du poste administratif de Bafia en subdivision rattachée à la région Nyong et Sanaga.

1927 : la subdivision de Bafia est transformée en région du Mbam.

Après indépendance : la région du Mbam change de dénomination et devient le département du Mbam.

1992 : Nouvel acte réglementaire s’inscrivant dans la régionalisation de notre contrée.

Ces actes successifs ont jeté ou consolidé les jalons de la construction d’un espace régional intégré et solidaire.

II/   PRES DE NEUF DECENNIES DE CONSTRUCTION D’UN ESPACE REGIONAL

Quelles ont été les facteurs de l’intégration au cours des neufs décennies de construction régionale ?

II.1/ LA REGION  MBAM-SANAGA, UNE REGION HISTORIQUE

Il ne s’agit pas pour nous de faire ici l’historique de neuf décennies de construction régionale mais plutôt de dégager les facteurs d’intégration et de promotion des solidarités multiformes.

La région Mbam-Sanaga est le cadre de vie de douze groupes humains identifiés par leur langue (Cf annexe 5). L’apparente complexité des groupes humains  cache une unité profonde. Roland BRETOON et BIKIA FOHTUNG dans leur atlas linguistique du Cameroun rassemblent tous les douze groupes dans la famille des locuteurs de langue Bénoué-congo, dans la sous famille des locuteurs de langue bantoïde et dans deux branches de locuteurs de langue mambitoïde et bantou.

La complexité apparente des groupes humains est une richesse donc une force. La dynamique impulsée par cette force participe inlassablement au modelage dans notre contrée d’un espace de vie polarisé stimulant et attachant. La petite taille des groupes jaloux de leur différence est un facteur de cohésion et de dynamisme interne. Ces caractéristiques des groupes qui ont un effet d’entraînement participent par leur bouillonnement et leur organisme à leur intégration au groupe d’encadrement le plus large qu’est la région Mbam-Sanaga.

II.2/   LA REGION MBAM-SANAGA, UN ESPACE DE VIE OU LES POPULATIONS TRAVAILLENT, CONSOMMENT ET ENTRETIENNENT DES RELATIONS INTRA ET INTER-GROUPES.

Dans la contrée, l’individu est rattaché à sa famille patriarcale et à sa tribu par les liens de descendance réelle ou mythique, par la langue et aussi et surtout par les liens que crée le partage d’un espace de production et de consommation commun.

Au dessus des tribus, la partage de l’espace de production et de consommation ou l’espace de vie est l’élément « d’apparentement ou d’appartenance » majeur. Le partage du même espace de vie soumet les populations à diverses influences si non à des agressions multiformes qui forgent le sentiment régional et même supra-régional en contraignant chacun à s’ouvrir à l’autre. Ce sentiment d’appartenir à une région est beaucoup plus développé chez les populations des zones charnières des espaces tribaux et des zones pionnières. La volonté d’identification à la région est réelle. Elle est à l’origine des termes « région et Mandogo boy ou girl ».

Les facteurs de structuration de l’espace de vie sont faut-il le rappeler : le système urbain, la trame de marchés, la densité et la configuration des transports. Ils constituent des vecteurs ou des axes servant de support au flux de personnes, de biens et de services qui irriguent et drainent la région Mbam-Sanaga.

Le système urbain régional a pour pôle Bafia qui balaie à l’aide d’un large faisceau de flux sa région. Ce faisceau est dans l’arrière pays par des villes et bourgades satellites : Ombessa, Bokito, Ndikiniméki, Makenene, deuk et j’en passe.

La trame du réseau des transports essentiellement routier et polarisé sur Bafia noeu routier vers lequel convergent les axes : Bafia-Yaoundé par Ntui (1920), Bafia-Dschang-Yabassi (1927), Bafia-Ngoro-Ngambé Tikar-Yoko (1957), Bafia-Yaoundé par Kikot (1957), Bafia-Yaoundé par Ebebda (1980). Le réseau routier constitué par ces axes et les routes et pistes transversales qui les relient les uns aux autres participe depuis 1920 à l’organisation intégrée de l’espace régional.

Les flux intra et inter-régionaux dont les réseaux urbain et routier et la trame des marchés ne sont que des émetteurs et des supports, participent à la vie d’une région polarisée en équilibre instable dont susceptible de mutation.

III-  LA PERMANENCE DE LA CONSTRUCTION REGIONALE

La région Mbam- Sanaga est comme toutes les régions rappelons-le, d’avantage une affaire de contenu que de contenant. Balayée par des flux internes et externes qui n’ont pas la même force et la même fréquence, notre contrée ne peut être que la résultante du jeu ou de la confrontation des flux. Elle est comme toutes les régions une réalité mouvante. Sa construction est donc continue. Dans la perspective de la permanence de la construction régionale qui nous préoccupe, ne serait il pas opportun de réguler sinon de réactiver l’ensemble des flux économiques, humains et culturels qui irriguent et drainent notre contrée ? Dans la même optique, les vecteurs de ces flux ne gagneraient-ils pas à être adaptés aux ambitions d’intégration nationale ?

Après  cette présentation à grands traits du contenant et du contenu de l’existant en somme de l’espace régional du Mbam, nous terminons en disant que notre région, fruit du mariage de la nature et de l’histoire est aussi une réalité mouvante vécu au quotidien par tous et dont la permanence de la construction est l’affaire de tous.

BIBLIOGRAPHIE

  1. 1.     BAILLY (A) et AI. Les concepts de la géographie humaine, Masson, Paris 1984.
  2. 2.     MELINGUI (A). Une tentative d’auto-developpement par la coopérative au Cameroun, le cas de la dépression Mbam-sanaga, mémoire de DEA, Université d’Aix Marseille II, Aix en provence, 1987.
  3. 3.     MELINGUI (A) Bafia, Etude géographique, mémoire de DES, Université de Yaoundé, 1976.
  4. 4.     BRETON (R) FOHTUNG(B) Atlas administratif des langues nationales du Cameroun, CREA, ISH, MESSIRES, CERDOTOLA, ACCT, Paris, 1991
  5. 5.     MELINGUI (A) Perspective de développement de la dépression Mbam-Sanaga au Cameroun, thèse de doctorat nouveau régime, Université de Provence, Aix en Provence, 1990.
Share
Publié dans Histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

8ème Festival des Arts et de la Culture du Grand Mbam : Mbam’Art 2017
Videos
En cours de traitement
Sponsoring

Afficher la page
Discours

Discours du Maire de la Commune de Bafia, Nwatsock Max Abraham... Lire

Discours du Président Exécutif de Mbam'Art, Moute à Bidias Camille... Lire

Discours du Ministre des Arts et de la Culture, Mouelle Kombi Narcisse...Lire

Plaquette du Festival
Galeries photos
Ouverture

Ouverture

Ngambé Tikar

Ngambé Tikar

Soirée de gala

Soirée de gala

Election

Election miss

Village du Festival

Le village

Concours

Concours

Articles

Le mariage traditionnel chez les Bëkpäg (Bafia)... Lire

La naissance gémellaire chez les Yambassa ... Lire

Le mariage coutumier yambassa ... Lire

La danse chez les mbamois ... Lire

Organisation de la société Vouté ancienne ,... Lire

La Tortue ... Animal sacré ? ... Lire

 

Animation du site

Animateur du site : Abolo Jean Claude
Tel : (237) 22 00 24 70
E-Mail : mbamart@mbamart.org


...

Mbam’Art & Développement

ONG N° 000384/RDA/BAP
Fondateurs : Moute à Bidias Camille, Bidias à Ngon Bernard, Massan à Biroko;
Président exécutif : Moute à Bidias Camille;
BP xxxxxxx: Tél : (237) 22 00 24 70
E-mail : mbamart@mbamart.org

A propos de

Pour toute information et publication dans ce site, contactez-nous:
Email : mbamart@yahoo.fr



Share