Mbam’Art 2015 : Discours du Maire de la Commune de Bafia

ouverture 2015_037Mbam’Art 2015 Discours de bienvenue de monsieur le Maire de la Commune de Bafia, Monsieur Nwatsock Max Abraham.

Excellence Madame le Ministre des Arts et de la Culture ;
Monsieur le Préfet du département du Mbam et Inoubou ;
Monsieur le Sous-Préfet de l’arrondissement de Bafia ;
Monsieur le Sénateur ;
Honorable Député à l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Président du Bureau Exécutif de Mbam’Art ;
Autorités administratives, judiciaires et traditionnelles ;
Elites intérieures et extérieures ;
Distingués artistes et autres artisans ;
Populations de la Commune de Bafia ;
Distingués invités d’ici et d’ailleurs ;
Mesdames, Messieurs ;
Très chers festivaliers ;

Je saisis avec joie et allégresse l’opportunité qui m’est offerte de m’adresser à vous en cette circonstance festive que nous offre la célébration de la 7ème édition du festival artistique et culturel du peuple mbamois baptisée « Mbam’Art. »
Qu’il me soit permis, dès lors, d’adresser les vœux de bienvenue de l’ensemble des populations de notre cité à toutes les délégations qui se sont rassemblées ici, place des fêtes de la Commune de Bafia, dans le cadre de l’ouverture solennelle du Festival Mbam’Art.
Je voudrais tout spécialement me tourner vers vous, Excellence Madame le Ministre Ama Tutu Muna, Ministre des Arts et de la Culture, matriarche mbamoise, pour vous souhaiter une très chaleureuse bienvenue à Bafia ainsi qu’un agréable séjour parmi nous.
Ces mêmes vœux de bienvenue vont également à l’endroit de Son Excellence Jacqueline Koung à Bessike, Ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières, digne fille du terroir qui nous honore de sa présence à l’ouverture solennelle de ce festival.

Excellences Mesdames les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

La grande famille mbamoise a, pendant une semaine, l’occasion de montrer à la face du monde tout son trésor culturel et artistique. Ce sera ainsi le lieu pour les milliers de festivaliers de découvrir le grand Mbam dans sa diversité culturelle et artistique. La danse traditionnelle, la musique, la sculpture, la vannerie, l’architecture, la cuisine, le vin, le port vestimentaire, etc. meubleront le temps des festivaliers qui n’auront pas à se gêner.
La culture mbamoise sera ainsi visitée dans son passé, son présent et explorée dans son avenir. C’est ici que se pose véritablement le problème de la survivance de nos valeurs culturelles traditionnelles face à la mondialisation rampante.
En effet, si l’on s’en tient au seul cas de la danse traditionnelle mbamoise, je dois avouer qu’elle a fait des émules. Je citerai plus particulièrement la danse bafia. Cette danse a quasiment fait le tour du monde en allant en Afrique, en Europe, en Amérique et même en Australie ! C’est une danse dynamique, contrairement à ce que certains esprits prétendent, une danse noble pour des hommes et femmes nobles. Toujours imitée, cette danse n’a jamais été égalée.

Aujourd’hui, malheureusement, la danse bafia est en perte de vitesse sans qu’on sache réellement les causes de cette déchéance. Jadis invitée à tous les festivals et cérémonies officielles, la danse bafia est désormais reléguée aux oubliettes, et pour ainsi dire, classée dans le magasin des accessoires.
Je saisis alors la tribune qui m’est offerte pour me tourner vers S.E. Ama Tutu Muna, Ministre des Arts et de la Culture, ici présente, pour attirer son attention sur ce grave manquement dont la danse bafia est victime. Puissiez-vous alors, Excellence Madame le Ministre, vous pencher sur le cas de la danse bafia qui compte énormément sur votre action pour retrouver ses lettres de noblesse. Je ne doute pas un seul instant de votre volonté à faire quelque chose dans ce sens. En tout cas, vous avez les moyens !

D’autre part, sans rester dans le registre de la victimisation, je voudrais relever quelque chose qui nous met tous dos au mur, tant nous sommes coupables. Je voudrais parler de nos langues maternelles. Ici, Mesdames, Messieurs, le tableau est des plus tristes. Nous avons honte de nos langues aujourd’hui. Peut-être est-ce un phénomène de mode, nous parlons quasiment tous le français à nos enfants à la maison. La conséquence en est que nous formons des citoyens sans repères réels. Comment pourrons-nous parvenir à un développement effectif si nous nous dépouillons de nos valeurs culturelles et traditionnelles ? Que pourrons-nous apporter dans le panier de la civilisation de l’universel dont parlait si opportunément feu le poète-président Léopold Sédar Senghor ?

Mesdames, Messieurs,

Il est grand temps que nous fassions une introspection profonde pour remédier à cette situation qui fait de nous des êtres acculturés qui embrassent l’autre en s’oubliant soi-même. Je souhaite vivement que chacun de nous tous ici présents garde à l’esprit cette sagesse d’un penseur qui disait : « La culture est ce qui restera quand on aura tout oublié. »

C’est sur ce vœu que je vais ponctuer mon propos. Cependant je ne saurais le faire sans vous réitérer mes vœux de bienvenue à Bafia. Que votre séjour ici soit des plus agréables. Bon festival à tous.

Vive le Festival Mbam’Art ;
Vive la Commune de Bafia ;
Vive le département du Mbam et Inoubou ;
Vive le Cameroun et son illustre chef, le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya, qui met tout en œuvre pour l’émergence culturelle du Cameroun.
Je vous remercie pour votre bienveillante attention.

Publié dans Discours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Festival des Arts et de la Culture Mbam’Art 2017
- Date : du 20 au 26 novembre 2017
- Lieu : Ngambé-Tikar & Bafia
- Termes de référence
- Dossier marketing
- Bon de souscription

Contact :
Tel : (237)677701340 Mail : mbamart@mbamart.org
7ème Festival des Arts et de la Culture du Grand Mbam : Mbam’Art 2015
Videos


Sponsoring

Afficher la page
Discours

Discours du Maire de la Commune de Bafia, Nwatsock Max Abraham... Lire

Discours du Président Exécutif de Mbam'Art, Moute à Bidias Camille... Lire

Discours du Secrétaire Général du Ministère des Arts et de la Culture, Mouhtar Ousmane Mey... Lire

Plaquette du Festival
Articles récents

Lancement des préparatifs de Mbam'Art 2017... Lire

Morts précoces dans la famille Mëlèya’a ... Lire

Le Canton Koro (Bafia) : Son histoire... Lire

Le village Lable et sa Chefferie (Bafia)... Lire

La Chefferie Ribang (Bafia)... Lire

Le mariage traditionnel chez les Bëkpäg (Bafia)... Lire

 

Animation du site

Animateur du site : Abolo Jean Claude
Tel : (237) 242 00 24 70/677 70 13 40
E-Mail : mbamart@mbamart.org


...

Mbam’Art & Développement

ONG N° 000384/RDA/BAP
Fondateurs : Moute à Bidias Camille, Bidias à Ngon Bernard, Massan à Biroko;
Président exécutif : Moute à Bidias Camille;
BP xxxxxxx: Tél : (237) 242 00 24 70
E-mail : mbamart@mbamart.org

A propos de

Pour toute information et publication dans ce site, contactez-nous:
Email : mbamart@mbamart.org