Mbam’Art 2015 : Discours du Secrétaire Général du Ministère des Arts et de la Culture

FacebookTwitterGoogle+Partager

Discours du Secrétaire Général du Ministère des Arts et de la Culture,
Monsieur Mouhtar Ousmane Mey, Représentant du Ministre

– Monsieur le Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle ;
– Mme le Secrétaire Général du Ministère du Tourisme et des Loisirs, représentante personnel du Ministre d’Etat ;
– Monsieur l’Inspecteur Général, représentant du Gouverneur de la Région du Centre;
– Monsieur le Préfet du Département du Mbam et Inoubou ;
– Sa Majesté Ibrahim MBOMBO NJOYA Roi des Bamouns ;
– Messieurs les Sénateurs ;
– Honorables Députés à l’Assemblée Nationale ;
– Monsieur le Maire de la Commune de Bafia
– Monsieur le Président Exécutif du Festival Mbam’Art ;
– Mesdames, Messieurs les autorités traditionnelles et religieuses du Grand Mbam ;
– Distingués invités ;
– Mesdames, Messieurs ; Chers Festivaliers ;

C’est pour moi un honneur et un réel privilège, en ce jour mémorable du vendredi 27 février 2015, de présider au nom De Madame AMA TUTU MUNA, Ministre des Arts et de la Culture empêchée, la cérémonie d’ouverture du Festival Culturel « Mbam’art », dont cette 7e édition, lancée depuis le 24 février 2015 à Ombessa est placée sous le thème « Jeunesse et Traditions ».

Permettez-moi de prime à bord de remercier le peuple Mbamois pour l’accueil cordial, chaleureux et enthousiaste que vous avez bien voulu me réserver ainsi qu’à la délégation qui m’accompagne, et qui traduisent l’hospitalité singulière, profonde et légendaire des peuples du grand Mbam. Mes remerciements vont également à l’endroit de tous les intervenants qui m’ont précédé à cette tribune, il s’agit notamment de monsieur le Maire de Bafia et de Mon grand frère Monsieur MOUTE A BIDIAS, Président Exécutif du Festival Mbam’Art, pour leurs aimables paroles et témoignages à l’endroit du Chef de l’Etat Son Excellence Paul Biya.

Mes remerciements vont aussi aux hautes personnalités qui ont bien voulu honorer de leur présence cette cérémonie

Qu’il me soit également permis de féliciter chaleureusement toutes celles et ceux qui, avec dévouement et abnégation œuvrent sans relâche au bon déroulement du Festival « Mbam’art » qui, comme vous avez pu le constater, prend progressivement ses marques dans le cercle des grands festivals au Cameroun.

Le peuple du Grand Mbam célèbre en cette année la 7ème édition de son festival, qui nourrit la noble et légitime ambition de rassembler autour des valeurs communes qui constituent notre patrimoine culturel, les différentes couches de ces deux départements. Jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, toutes couches et classes sociales confondues, se réunissent pour non seulement célébrer la culture qui leur est si chère, mais aussi et surtout de permettre un retour aux sources, afin de disposer d’un socle infaillible dans une société où la culture tend systématiquement à réduire à leur plus simple expressions, les barrières des frontières géographiques jadis étanches.

Je voudrais en cette occasion particulière, me féliciter d’une telle initiative qui par ailleurs nourrit l’ambition d’une pérennisation. La préservation de votre patrimoine culturel s’inscrit en effet en droite ligne des orientations prises par les pouvoirs publics, dans le but de permettre à notre pays d’apporter une part significative au rendez-vous du donner et du recevoir auquel nous interpelle la globalisation. La contribution d’une telle action répond à la nécessité d’une collaboration par le biais de laquelle chaque communauté apporte une contribution significative à la construction ou la reconstitution de la mémoire collective, comme le souligne le Président de la République, Son Excellence Paul BIYA dans son livre programme pour le libéralisme communautaire, nous devons évoluer dans « une convivialité culturelle où chaque groupe ethnique apporte le meilleur de ce qu’il a pour l’édification d’une culture nationale… »

La thématique abordée par cette édition de Mbam’Art : « Jeunesse et Traditions », sous la forme d’un idiome aborde à souhait l’une des préoccupations centrales de la contribution de la culture, au développement économique des communautés et des Etats.

En effet, la question de la prise en compte de la dimension culturelle et surtout patrimoniale, dans l’élaboration de la mise en œuvre des politiques de développement occupe, de plus en plus, le cœur des débats. Il convient, sous ce rapport, d’intégrer ces préoccupations dans le champ visuel des jeunes, afin d’anticiper sur les différentes contraintes qui pourront naître de cette nouvelle approche.

De toute évidence, il est et demeure vrai que la culture en tant que socle de la société, véhicule un ensemble de valeurs communes sur lesquelles se fondent les politiques sociales de développement.

 Quelle est la société que nous entendons mettre en place ?
 Comment allons-nous concilier notre patrimoine culturel, notre héritage, avec les besoins de développement économique ?

Notre objectif est me semble-t-il, de permettre à nos congénères d’accéder au bien-être social. Ce qui intègre la dimension culturelle à travers la préservation, la valorisation et la promotion de notre patrimoine culturel et artistique.

Cette préoccupation est également une constante priorité du Gouvernement, qui sous l’impulsion du Président de la République Son Excellence Paul Biya, ne ménage aucun effort, pour préserver, valoriser et vulgariser notre identité culturelle afin d’assurer le développement intégral de notre pays et surtout celui des citoyens camerounais.

A travers cette thématique, l’association Mbam’Art, au-delà des festivités qui marquent tout événement de ce type, inscrit le festival éponyme, dans la dynamique de la contribution de la culture Mbamoise, dans le développement des peuples et localités du Grand Mbam en particulier et du Cameroun en général.

Bien plus, elle semble envisager la culture comme moteur de développement. Je voudrais à cet effet, vous engager à prendre la ferme résolution de mettre en œuvre les recommandations fortes adoptées au cours de vos échanges intellectuels. Il faudrait par-dessus tout, mettre un accent sur la préservation et la valorisation de ce qui fonde votre société, votre culture. Que dis-je ?de Notre culture à Toutes et Tous

Le défi du festival culturel des peuples du Grand Mbam au-delà de l’enjeu économique indéniable, vise aussi celui de la transmission de Notre héritage culturel à la jeune génération qui est plutôt exposée aux différentes cultures et civilisations du fait des nouveaux outils qui véhiculent la culture. Il n’est donc pas question, de nier ou de rejeter le monde moderne, avec ce qu’il a comme nouveautés et innovations, mais de capitaliser ce qu’il offre afin de véhiculer notre message. Il faudrait donc concilier l’éducation moderne, l’utilisation des outils technologiques innovants à la pérennisation de nos valeurs culturelles, qui en effet ne sont pas en opposition, mais pourraient être complémentaires.

Tout ceci nous interpelle sur l’avenir de notre culture dans un monde moderne. Pour ce faire, je voudrais vous rassurer sur l’entière disponibilité des pouvoirs publics à vous apporter l’accompagnement nécessaire pour relever les défis qui nous interpellent collectivement à la construction d’une jeunesse exemplaire et d’un Cameroun fier de sa culture ainsi que de la contribution qu’il apporte dans le contexte global.

Mesdames et Messieurs ;

Ensemble nous allons poursuivre sans relâche, avec abnégation, conviction et détermination le combat engagé, afin que soient soutenues les initiatives positives comme celle-ci et qui sont porteuses de bien-être pour les acteurs culturels et les communautés.

Ensemble nous allons construire et non détruire, avancer et non régresser, partager et non cacher, éduquer et non abrutir.

Oui, Ensemble nous allons nous ouvrir pour mieux nous découvrir, Nous allons échanger, discuter sans nous disputer ;

Ensemble dis-je, Nous allons rassembler nos rêves, nos forces, nos richesses, nos enseignements nos populations et Notre Peuple, pour comprendre à l’instar des peuples MBAMOIS, le Fondement de nos Traditions pour en faire un levier de développement pour notre jeunesse, ceci afin de faire rejaillir la VERITE qui s’est enfouit dans les profondeurs de Notre Histoire, dans notre Culture, dans Notre Pays, le CAMEROUN.

Mais aussi et surtout, Nous Nous rassemblons pour recenser, sauvegarder, valoriser Notre Héritage Culturel, Notre Patrimoine National qu’il soit matériel comme nos musés ou immatériels comme nos contes.

Mesdames et Messieurs, chers Festivaliers

Il m’est revenu, que depuis le début des vos différentes activités jusqu’à ce jour, il règne un climat de paix, de tranquillité et de sécurité les travaux se déroulent, il y a lieu de relever pour s’en féliciter, dans l’ordre, la discipline, l’enthousiasme, le respect de l’autre et même la bonne humeur.

Comme vous le savez et l’avez remarqué tout semble aller le mieux dans le meilleur des monde mais à la vérité sans paix sans securité, sans tranquillité, rien de grand, de beau et de durable ne peut se construire.

Je voudrais qu’au delà des manifestations comme celle-ci, nous nous arrêtions un instant pour avoir une penser vers nos vaillantes forces qui sont au front pour se battre contre cette nébuleuse qu’est Boko Haram mais aussi méditer sur le sort de nos frères et sœurs de l’extrême nord qui ont perdu le sommeil. Tout ceci pour inviter les camerounais de tout bord jeune comme vieux à s’unir derrière notre Chef Suprême des Armées, notre vaillante armée et sans oublier nos précieux alliés. Et c’est parce que votre thème jeunesse et tradition est impersonnel et œuvre pour intérêt général sans connotation politique, ni aucune autre ségrégation de quelque nature que ce soit, que nous sommes sur de la solidarité du peuple mbamois contre l’envahisseur qu’est Boko Haram

C’est aussi le lieu pour moi, chers festivaliers, de relever votre sens élevé de responsabilité et dire merci aux autorités administratives ainsi qu’a nos forces du maintien de l’ordre pour leur encadrement efficace et efficient.

C’est sur cet appel à une plus grande Unité, que je voudrais, en vous souhaitant d’agréables moments, déclarer officiellement ouverte la 7ème édition du Festival Culturel Mbam’Art.

Vive les Arts et la Culture camerounais ;
Vive le Cameroun et son illustre Chef, le Président Paul BIYA

Je vous remercie pour votre aimable attention. /-

Publié dans Discours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Festival des Arts et de la Culture Mbam’Art 2017
- Date : du 20 au 26 novembre 2017
- Lieu : Ngambé-Tikar & Bafia
- Termes de référence
- Dossier marketing
- Bon de souscription

Contact :
Tel : (237)677701340 Mail : mbamart@mbamart.org
7ème Festival des Arts et de la Culture du Grand Mbam : Mbam’Art 2015
Videos


Sponsoring

Afficher la page
Discours

Discours du Maire de la Commune de Bafia, Nwatsock Max Abraham... Lire

Discours du Président Exécutif de Mbam'Art, Moute à Bidias Camille... Lire

Discours du Secrétaire Général du Ministère des Arts et de la Culture, Mouhtar Ousmane Mey... Lire

Plaquette du Festival
Articles récents

Lancement des préparatifs de Mbam'Art 2017... Lire

Morts précoces dans la famille Mëlèya’a ... Lire

Le Canton Koro (Bafia) : Son histoire... Lire

Le village Lable et sa Chefferie (Bafia)... Lire

La Chefferie Ribang (Bafia)... Lire

Le mariage traditionnel chez les Bëkpäg (Bafia)... Lire

 

Animation du site

Animateur du site : Abolo Jean Claude
Tel : (237) 242 00 24 70/677 70 13 40
E-Mail : mbamart@mbamart.org


...

Mbam’Art & Développement

ONG N° 000384/RDA/BAP
Fondateurs : Moute à Bidias Camille, Bidias à Ngon Bernard, Massan à Biroko;
Président exécutif : Moute à Bidias Camille;
BP xxxxxxx: Tél : (237) 242 00 24 70
E-mail : mbamart@mbamart.org

A propos de

Pour toute information et publication dans ce site, contactez-nous:
Email : mbamart@mbamart.org