Morts précoces dans la famille Mëlèya’a : Le mot des Nɗïd (Patriarches Bafia)

Share

ndid-web-Frères et sœurs de la famille Mëlèya’a, Bonne année 2016,

La permanence des morts précoces au sein de notre communauté ne saurait laisser indifférents les Nɗïd (Patriarches) de l’espace Melèya’a. Ce phénomène naturel et inévitable a tendance à se banaliser de par sa récurrence. Toutefois, le caractère mystique de la mort ne saurait nous empêcher de condamner les comportements déviants tels que :

  • La sorcellerie criminelle ;
  • L’envoûtement ;
  • Le « lancement » du ver ;
  • Le « lancement » de l’épilepsie ;
  • L’empoisonnement ;
  • Le tàïd ([ndjangui] de sacrifice humain) ;
  • Le koñ (phénomène de transmigration des personnes) ;
  • Les pactes magico-mystiques pour obtenir une nomination ou une fortune, etc.

Si cette situation de mort précoce et inexplicable que vit le peuple Mëlèya’a procède de la volonté de Dieu, nous les Nɗïd (Patriarches), au nom du peuple Mëlèya’a, demandons pardon à Dieu. Qu’il pardonne nos péchés, ceux de nos parents et ceux commis par nos ancêtres.

Si cette situation procède des agissements de destruction d’un homme ou d’un groupe d’hommes, alors qu’ils soient les seuls responsables et victimes de leurs pensées, paroles et actes.

Si cette situation procède des comportements de nos peuples eux-mêmes et surtout de nos jeunes, nous les Nɗïd leur demandons de revenir à la doctrine sacrée de nos traditions qui enseigne que :

  • Chacun a son destin ; il le réalise par l’obéissance aux parents, le respect des aînés, la persévérance dans le travail bien fait, l’interdiction formelle d’entraver ou de poser quelque acte que ce soit pour nuire au progrès de l’autre ; la tempérance face à l’alimentation (nourriture et boissons alcoolisées) ; en fait une bonne hygiène de vie ; l’interdiction absolue de forcer un destin par des pratiques magico-mystiques ; la crainte de Dieu et l’observance de ses lois.

Nous les Nɗïd, appelons les populations Mëlèya’a à plus d’amour, d’entente et de solidarité.

Que Dieu bénisse le peuple Mëlèya’a que nous remettons dans ses mains.

Fait à Bafia, le 21 mai 2010

Réactualisé le 05 janvier 2016

 Ndañ wu bë Nɗïd

(Collège des Patriarches de l’espace Mëlèya’a)

Share
Publié dans Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

8ème Festival des Arts et de la Culture du Grand Mbam : Mbam’Art 2017
Videos
En cours de traitement
Sponsoring

Afficher la page
Discours

Discours du Maire de la Commune de Bafia, Nwatsock Max Abraham... Lire

Discours du Président Exécutif de Mbam'Art, Moute à Bidias Camille... Lire

Discours du Ministre des Arts et de la Culture, Mouelle Kombi Narcisse...Lire

Plaquette du Festival
Galeries photos
Ouverture

Ouverture

Ngambé Tikar

Ngambé Tikar

Soirée de gala

Soirée de gala

Election

Election miss

Village du Festival

Le village

Concours

Concours

Articles

Le mariage traditionnel chez les Bëkpäg (Bafia)... Lire

La naissance gémellaire chez les Yambassa ... Lire

Le mariage coutumier yambassa ... Lire

La danse chez les mbamois ... Lire

Organisation de la société Vouté ancienne ,... Lire

La Tortue ... Animal sacré ? ... Lire

 

Animation du site

Animateur du site : Abolo Jean Claude
Tel : (237) 22 00 24 70
E-Mail : mbamart@mbamart.org


...

Mbam’Art & Développement

ONG N° 000384/RDA/BAP
Fondateurs : Moute à Bidias Camille, Bidias à Ngon Bernard, Massan à Biroko;
Président exécutif : Moute à Bidias Camille;
BP xxxxxxx: Tél : (237) 22 00 24 70
E-mail : mbamart@mbamart.org

A propos de

Pour toute information et publication dans ce site, contactez-nous:
Email : mbamart@yahoo.fr



Share