Configuration humaine et linguistique du Grand Mbam

Migrations

Parmi les populations du Grand Mbam, le groupe le plus ancien est celui des pygmées.  Ces  peuples  proviennent de la vallée du haut Nil. Du bassin du lac  Tchad  et  du  nord  du  plateau Baoutchi au Nigeria; elles ont occupé  progressivement   leurs  habitats actuels du 14ème au 18ème siècle. Dans une première migration bantou au  15ème siècle faite  de plusieurs vagues  successives,  ont  figuré  les Basaa, les Basoo, les Bakoko, les Bekpak (Bafia), les Yambassa, les Banen, les Nyokon, les Yambetta, les Lémandé, avec  l’un des  lieux de  séjour plus long, Ngoklituba dans l’actuel pays bassa. D’autres ethnies venues au 18ème siècle de l’Adamaoua, constituées des  Beti-Pahouin, autrement appelés les Fang-Beti, est le deuxième grand groupe bantou constitué de plusieurs ethnies dont les Bati-Ossananga, parlant une langue commune, le bati ; les Babouté sont venus eux probablement  de Meiganga    et ont »   coloni » les régions de Yoko, Limbé, Ntui, Ngoro,  fraîchement   occupées  par les Bati-ossananga.

Populations et langues

D’une projection en 1998 de l’ordre de 300 000 âmes, soit 10 habitants/km2, la majorité des huit groupes ethniques du Grand Mbam se rattache à la famille Bantou, constituée des groupes Bafia (Bekpag, Fanga, Bâlom,  Bangong) , Tikar, Yambassa, Elip, les Bati Ossananga ou Oki-Ossananga. Les pygmées cohabitent avec les Tikar dans la zone de dépression du Mbam.

La majorité de la population est rurale à près de 80%, mais  le  processus d’urbanisation  s’accélère : Bafia, Chef-lieu du Mbam et lnoubou compte 70.000 habitants environ, Makénéné a suivi la même progression avec 12.000  habitants, grâce aux différents mouvements migratoires venus de l’ouest et du Nord­ Ouest du pays.

On dénombre huit langues dans le grand Mbam  : le rikpag (parlé des Bafia), le gunu (des Yambassa), le luki  (des bati-ossananga que  comprennent les baveuk), le tunen ( des banen que comprennent les nyokon), le tumu  (des Tikar adopté  par  les pygmées), le baletta (des clans Yambetta), le lémandé (des lémandés), le vuté ou buté (des babouté).

Tous les parlers, font partie des langues bantou du bassin du  Congo (branche centrale de la ligne linguistique  négritique du groupe Niger Kordofanien dans la famille Niger Congo.

La diversité des populations  limitrophes au Grand Mbam a favorisé  l’existence  ou la création des  variantes   linguistiques intermédiaires. La plupart des aires linguistiques du Grand Mbam découlent des cantons  qui constituent  cette  grande  aire airtistico-culturelle.

Dans le Mbam Sud par exemple, l’on retrouve six aires de langues du groupe Bafia à l’intérieur desquelles l’on retrouve des dialectes : la langue Balom a par exemple trois dialectes.

Au Nord : Les aires vuté

  • Langue marnbiloïde chez les Babouté. Elle est divisée en cinq dialectes : Kumbev, Nugan, Nujum, Nudoo, Ngoro.
  • Langue  Tikar. Elle est di visée en 3 dialectes : Tige, Kong, Nditam.

Au Sud :

1- Les aires Bafia

  • Dhipak   chez  les  Bekpak   dit  Bafia,
  • Dhiiké  des Beke  de Kiki,  Mouko  et Bitang
  • Dhipéi   chez   les   Fanga   dit   Bapei,
  • Dhifag  des Fack dit Balom,
  • Hijuk  du quartier  isolé de Niki.

2 – Les aires des onze des douze langues bantou du Grand Mbam (la douzième étant le  Léti parlé dans la Lékié).

A l’Ouest et Est :

  • Ni  Nyo’o des Nyokon,
  • Tunen   des Banen divisé en 3 dialectes,
  • Nulibié  des Belip   dits  Elips, Nuyanben d’une partie des Yambassa dits Yangben,
  • Mma’ala   de  Begni,
  • Nigi des Yambetta,
  • Tuotomp  des Botomp  dits Boneck,
  • Dumbulé de Mbolo,
  • Yambassa   central   divisé   en  3  dia­lectes
  • Nubaca   des  baca   ou  Yambassa de Bongo,
  • Bati qui empiète sur la Sanaga-Maritime,
  • Tuki   des   Baki divisé  en 6 dialectes,
  • Tugoro  des Aki de Ngoro,
  • Tu Koumbé des Bakombé,
  • Tonga des Bunju,
  • Tutsigno des Batsingo,
  • Tocenga des Tiki dits Batsenga,
  • Tumbélé  les Bambélé.

Enfin dans le Grand Mbam, se trouvent  trois  petits   îlots  de  populations de langue  Beti-Fang détachés du  dialecte   septentrional eki   :  les Feuk et les Yassem parlant le Baveuk.

Un commentaire pour “Configuration humaine et linguistique du Grand Mbam
  1. Hosting dit :

    vos renseignements sur les langues et les ethnies ne mentionnent  le grand Mbam nulle part. c est dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Festival des Arts et de la Culture Mbam’Art 2017
- Date : du 20 au 26 novembre 2017
- Lieu : Ngambé-Tikar & Bafia
- Termes de référence
- Dossier marketing
- Bon de souscription

Contact :
Tel : (237)677701340 Mail : mbamart@mbamart.org
7ème Festival des Arts et de la Culture du Grand Mbam : Mbam’Art 2015
Videos


Sponsoring

Afficher la page
Discours

Discours du Maire de la Commune de Bafia, Nwatsock Max Abraham... Lire

Discours du Président Exécutif de Mbam'Art, Moute à Bidias Camille... Lire

Discours du Secrétaire Général du Ministère des Arts et de la Culture, Mouhtar Ousmane Mey... Lire

Plaquette du Festival
Articles récents

Lancement des préparatifs de Mbam'Art 2017... Lire

Morts précoces dans la famille Mëlèya’a ... Lire

Le Canton Koro (Bafia) : Son histoire... Lire

Le village Lable et sa Chefferie (Bafia)... Lire

La Chefferie Ribang (Bafia)... Lire

Le mariage traditionnel chez les Bëkpäg (Bafia)... Lire

 

Animation du site

Animateur du site : Abolo Jean Claude
Tel : (237) 242 00 24 70/677 70 13 40
E-Mail : mbamart@mbamart.org


...

Mbam’Art & Développement

ONG N° 000384/RDA/BAP
Fondateurs : Moute à Bidias Camille, Bidias à Ngon Bernard, Massan à Biroko;
Président exécutif : Moute à Bidias Camille;
BP xxxxxxx: Tél : (237) 242 00 24 70
E-mail : mbamart@mbamart.org

A propos de

Pour toute information et publication dans ce site, contactez-nous:
Email : mbamart@mbamart.org